Colonne : Les problèmes de puissance de la fonderie de zinc européenne déclenchent une ruée vers le métal : Andy Home


Un ouvrier ajuste les machines utilisées pour extraire le plomb et le zinc du minerai dans une fonderie appartenant à Lumbung Mineral Sentosa dans la régence de Bogor au sud de Jakarta, en Indonésie, le 19 juillet 2014. REUTERS/Darren Whiteside/File Photo

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

  • (Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur, chroniqueur pour Reuters.)

LONDRES, 8 décembre (Reuters) – Une fois mordu, deux fois timide.

Lorsque Nyrstar a annoncé en octobre qu’il réduisait jusqu’à 50 % la production de ses fonderies européennes face à la flambée des prix de l’énergie, le zinc de la London Metal Exchange (LME) a ​​grimpé à un sommet de 3 944 $ la tonne en 14 ans.

Le rallye s’est avéré de courte durée, le zinc restituant à peu près tous ses gains en l’espace de deux semaines. Il s’échangeait pour la dernière fois autour de 3 260 $ la tonne.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Le marché a repensé collectivement ce que « jusqu’à 50 % » pourrait signifier et a décidé que Nyrstar module probablement la production autour des heures de pointe avec un impact plus faible que prévu sur la production réelle.

Ainsi, lorsque Glencore (GLEN.L) a annoncé le mois dernier son intention de mettre sa fonderie de zinc italienne en maintenance d’ici la fin décembre, le prix du zinc n’a enregistré qu’une légère hausse.

Mais cette fermeture bouleverse maintenant la chaîne d’approvisionnement européenne en zinc avec des primes qui montent en flèche alors que les utilisateurs se bousculent pour trouver du matériel disponible.

De plus, avec les prix de l’électricité européens susceptibles de rester élevés au cours des prochains mois d’hiver, la menace de pertes plus importantes du côté de l’offre commence à être intégrée dans le tableau plus large du zinc.

Les coupes des fonderies européennes ont galvanisé les primes physiques

BROUILLARD DE MÉTAL

Les primes européennes de zinc physique ont augmenté depuis que Glencore a annoncé que son usine de sulfure de zinc de Portovesme, d’une capacité de 100 000 tonnes par an, cesserait de produire du zinc d’ici la fin décembre.

Fastmarkets évalue la prime pour le zinc SHG de qualité LME en Italie à 400-450 $ la tonne par rapport au prix au comptant du LME. La prime a doublé depuis début octobre.

La prime de Fastmarkets pour le zinc à Anvers a presque triplé, passant de 95-105 $ au début de l’année à 250-280 $ actuellement.

Les producteurs et les consommateurs négocient actuellement les conditions des livraisons de l’année prochaine, les prix contractuels augmentant fortement parallèlement au marché au comptant.

Les utilisateurs européens de zinc sont particulièrement exposés à toute perte d’approvisionnement en raison de la faiblesse des stocks.

Les entrepôts européens du LME détiennent un maigre 3 225 tonnes, réparties entre le port espagnol de Bilbao (3 200 tonnes) et le port néerlandais de Vlissingen (25 tonnes) et la quasi-totalité a été annulée en vue du chargement.

Les stocks européens actuellement disponibles ne totalisent que 50 tonnes à Bilbao et le dernier rapport sur les stocks hors mandat du LME ne montrait plus rien dans l’ombre fin septembre.

Les stocks de la LME, à la fois sur mandat et hors mandat, sont en grande partie situés sur des sites asiatiques, ce qui a laissé une mince couverture aux consommateurs européens.

INCERTITUDE DE PUISSANCE

Le manque de visibilité sur la quantité de production de zinc qui pourrait être perdue en raison d’une crise de puissance qui ne montre aucun signe de ralentissement aggrave le sentiment de panique.

Glencore a déjà déclaré qu’il ajuste la production de ses autres fonderies pour réduire l’utilisation pendant les périodes de pointe et Nyrstar fait probablement quelque chose de similaire.

Cela limite la production de zinc raffiné, bien que peut-être pas autant que la déclaration originale de Nyrstar ne le laisse entendre.

La question, alors que les prix de l’électricité en Europe continuent d’augmenter, est de savoir combien de temps de telles tactiques d’atténuation peuvent fonctionner.

Selon les analystes de Citi, les fonderies de zinc et d’aluminium d’Europe sont les plus exposées aux coûts de l’électricité mesurés par le ratio de marge sur les matières premières. (« Perspectives annuelles des matières premières – 2022 »)

Alors que les fonderies d’aluminium européennes ne représentent que 3 % de l’approvisionnement mondial, ses fonderies de zinc représentent environ 16 % de la production mondiale de zinc raffiné.

Cela signifie que les problèmes énergétiques de l’Europe ont une importance au-delà de la chaîne d’approvisionnement régionale.

RESSERREMENT DU MARCHE

La réduction de Portovesme et un certain niveau de perte de production dans d’autres fonderies européennes ont poussé les calculs d’équilibre du marché mondial de JPMorgan dans un léger déficit à la fois cette année et l’année prochaine.

La banque s’attend désormais à ce que le prix du zinc « intègre une prime de risque importante pour les perturbations européennes pendant l’hiver » avec une moyenne prévue de 3 400 $ la tonne au premier trimestre 2022. (« Base and Precious Metals Outlook 2022 », 29 novembre, 2021)

Citi, qui s’attend également à un déficit d’approvisionnement mondial, à l’exclusion de toute vente potentielle de réserves d’État chinoises, a un objectif de prix à court terme de 3 350 $ la tonne « avec une hausse considérablement plus élevée si davantage de fonderies européennes (ou autres) effectuent des coupes ».

Ces appels à la hausse reflètent une réévaluation collective de la dynamique du marché après que le groupe d’étude international sur le plomb et le zinc a drastiquement révisé ses attentes d’un excédent d’offre important en octobre.

En effet, la dernière mise à jour mensuelle du Groupe indique un déficit d’approvisionnement du marché mondial de 93 000 tonnes sur les neuf premiers mois de l’année.

La chute des actions du LME renforce le message. L’inventaire global a presque diminué de moitié depuis avril et à 150 675 tonnes, il s’agit de son niveau le plus bas depuis juillet de l’année dernière. Les tonnages annulés en attente de chargement représentent un cinquième du total.

Les écarts de temps LME restent extrêmement serrés.

La prime en espèces sur le métal à trois mois a grimpé à 130 $ fin novembre et s’élevait toujours à 61,75 $ à la clôture de mardi.

Le marché du zinc s’avère considérablement plus tendu qu’on ne l’aurait cru il y a quelques mois à peine.

Le prix pur et simple a peut-être largement ignoré les nouvelles de Portovesme, mais les écarts de temps stressés et les primes physiques en hausse indiquent que le zinc pourrait encore se resserrer si la crise de l’électricité en Europe s’aggravait.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Montage par Kirsten Donovan

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.



Source